Économie

Cinq ans jour pour jour après la retentissante faillite de Lehman Brothers (joyeux anniversaire!), intéressons-nous un peu à l'actualité estivale d'UBS, une entreprise impulsive, irresponsable, manipulatrice et dangereuse. J'avais évoqué ici-même, il y a quelques mois, son incapacité pathologique à ne pas commettre d'actes illégaux. Alors, quoi de neuf, docteur?

Lire la suite de UBS, banque psychopathe

Le 14 février 2013, dans l'émission Les Temps Modernes de La 1ère, a été diffusé un sujet sur la "gamification" (ou "ludification"). Malheureusement, il n'a pas su refléter la véritable ignominie qui se cache derrière ce concept néolibéral qui peut sembler de prime abord intéressant, voire séduisant.

Lire la suite de La ludification, abomination joyeuse

L'initiative Minder (en votation populaire le 3 mars prochain) visant à lutter contre les rémunérations abusives, comme tous les objets soumis au peuple qui vont dans le sens d'une remise en question de la politique économique (néo)libérale de la Suisse, risque fort de ne pas "passer la rampe", comme on dit dans le langage journalistique. Pas étonnant quand on voit les moyens mis en oeuvre pas les opposants (les milieux économiques et notamment economiesuisse, la Fédération des entreprises suisses) pour la faire échouer. En voici quelques exemples.

Lire la suite de Initiative Minder, un échec annoncé

Il y a des choses que je ne m'explique pas. Par exemple, comment est-il possible que dans un pays démocratique comme la Suisse, disposant théoriquement de médias libres et d'un peuple informé, une entreprise comme l'UBS puisse continuer à faire des affaires sans voir ses succursales se faire incendier régulièrement un peu partout ? Comment est-il possible que le comportement d'une banque aussi manifestement peu soucieuse des lois et de l'éthique ne suscite pas plus de débat que ça dans la sphère publique ? Car force est de constater que les faits sont accablants pour la plus grande banque de Suisse.

Lire la suite de UBS : Une Belle Saloperie

Le 19 novembre 2012, l'agence de notation Moody's abaissait la note de la France. Le lendemain, les téléspectateurs suisses ont eu droit à une petite leçon d'orthodoxie néolibérale à l'antenne de la RTS, par ce qui semble être le "journaliste économique" attitré de la chaîne. Hors, celui-ci ne comprend pas (ou feint de ne pas comprendre) ce qu'est la dette souveraine d'un Etat.

Lire la suite de Imaginez une famille...

Eradiquée en Grèce depuis 1974, la malaria fait cette année son grand retour. C'est le dernier exploit en date du néolibéralisme forcené appliqué par les lauréats 2012 du prix Nobel de la paix. Et sans doute pas le dernier.

Lire la suite de La liberté ou la malaria

Il existe des films dont il serait d'intérêt public de les diffuser une fois par semaine, en prime time, sur toutes les chaînes. Celui-ci en est un, aujourd'hui plus que jamais.

Lire la suite de "L'Encerclement", un film indispensable

Les téléspectateurs suisses ont eu droit à une belle démonstration de dialectique médiatique et de circulation circulaire de l'information, à l'occasion d'un reportage où Jean-Philippe Schaller, le correspondant de la RTS à Paris, apporte son soutien, volontaire ou non, aux pauvres entrepreneurs victimes de la fiscalité.

Lire la suite de Les pigeons et le perroquet

Suite et fin de l'entretien accordé par Pascal Lamy, directeur général de l'OMC, à Darius Rochebin dans "Pardonnez-moi". Les choses avaient mal commencé, mais malheureusement, le pire restait à venir.

Lire la suite de Pardonnez-lui son impertinence toute relative (2/2)

Pascal Lamy, "socialiste" devenu directeur général de l'OMC (!), gardera sans doute un excellent souvenir de son passage dans "Pardonnez-moi", l'émission-entretien de la Radio Télévision Suisse (RTS), présentée comme à son habitude par Darius Rochebin et qui se veut pourtant impertinente et osée. Le 23 septembre 2012, le patron du commerce mondial a eu droit au tapis rouge pour énoncer ses idées néolibérales comme des évidences, grâce à la complicité d'un présentateur conquis d'avance. Un bel exemple de journalisme de révérence.

Lire la suite de Pardonnez-lui son impertinence toute relative (1/2)