Médias

Jean-Philippe Schaller, le correspondant de la RTS à Paris, est un modèle de ce qu'il ne faut pas faire en journalisme. Il est tellement doué qu'il lui suffit de trois phrases pour le prouver une fois de plus.

Lire la suite de Un incompétent à Paris

Sur son site internet, la Radio Télévision Suisse (RTS) propose, à grand renfort d'infographies, de sondages et de "décryptages", un dossier spécial consacré à la présidentielle américaine. On n'en attendait pas moins de la part de la télévision publique suisse. Par contre, en attendait peut-être un peu plus.

Lire la suite de Made in RTS

Il est de ces mots qui ont une drôle de réputation, traînant derrière eux les casseroles de l'Histoire. "Propagande" en est un. Sa seule évocation fait revenir en mémoire des noms célèbres : Goebbels, Staline, Kadhafi et bien d'autres. Pourtant, même si on a tendance à l'oublier, la propagande moderne n'a pas émergé des creusets totalitaires de la deuxième Guerre mondiale et ses diverses formes ne sont pas réservées aux "ennemis de la démocratie".

Lire la suite de Une petite histoire de la propagande

Nous avions vu, dans un article en deux parties, la façon complaisante dont Darius Rochebin avait interviewé Pascal Lamy, directeur de l'OMC et ultra-libéral de droite. Nous allons aujourd'hui prendre un point de comparaison et analyser comment s'est déroulé l'entretien avec Antonio Hodgers, président du groupe parlementaire des Verts, beaucoup moins ultra-libéral et beaucoup moins de droite...

Lire la suite de Darius Rochebin change de registre

Les téléspectateurs suisses ont eu droit à une belle démonstration de dialectique médiatique et de circulation circulaire de l'information, à l'occasion d'un reportage où Jean-Philippe Schaller, le correspondant de la RTS à Paris, apporte son soutien, volontaire ou non, aux pauvres entrepreneurs victimes de la fiscalité.

Lire la suite de Les pigeons et le perroquet

Suite et fin de l'entretien accordé par Pascal Lamy, directeur général de l'OMC, à Darius Rochebin dans "Pardonnez-moi". Les choses avaient mal commencé, mais malheureusement, le pire restait à venir.

Lire la suite de Pardonnez-lui son impertinence toute relative (2/2)

Pascal Lamy, "socialiste" devenu directeur général de l'OMC (!), gardera sans doute un excellent souvenir de son passage dans "Pardonnez-moi", l'émission-entretien de la Radio Télévision Suisse (RTS), présentée comme à son habitude par Darius Rochebin et qui se veut pourtant impertinente et osée. Le 23 septembre 2012, le patron du commerce mondial a eu droit au tapis rouge pour énoncer ses idées néolibérales comme des évidences, grâce à la complicité d'un présentateur conquis d'avance. Un bel exemple de journalisme de révérence.

Lire la suite de Pardonnez-lui son impertinence toute relative (1/2)

L'une est une télévision publique généralement considérée comme sérieuse et indépendante. L'autre est un quotidien souvent qualifié de racoleur et populiste. C'est pourtant dans un bel élan d'unité médiatique qu'ils se sont attaqués avec une mauvaise foi déconcertante aux propositions du candidat du Front de Gauche à l'élection présidentielle française de 2012.

Lire la suite de La RTS, le Matin et l'épouvantail Mélenchon

À l’occasion de la publication d’un sondage (9 septembre 2012, Institut BVA) sur le début de quinquennat de François Hollande, la Radio Télévision Suisse (RTS) a diffusé un reportage... évitant soigneusement de parler du début de quinquennat de François Hollande. Ou comment combler deux minutes d’antenne en suivant la meute des collègues français. Bel exemple de circulation circulaire de l'information et de déperdition de son maigre contenu.

Lire la suite de La politique française vue de la télévision publique suisse