Petites phrases à la con (3)

Voici le troisième billet dans la série des petites phrases à la con entendues récemment dans les médias. Au menu : des journalistes traumatisés par un OVNI, une presse qui ne comprend rien à la justice, la diatribe délirante d'un avocat genevois, et un petit bonus de fin, juste pour le plaisir.



I want to believe

Lu sur 20min.ch, le 2 août 2013:

«[Les singes] ont été pris de panique lundi en fin de journée, ils étaient hystériques», a indiqué à l'AFP Wijbren Landman, biologiste et porte-parole du parc animalier d'Emmen, dans le nord des Pays-Bas. [...] «Mardi et mercredi, ils sont juste restés assis dans les arbres ou sur le sol, presque sans bouger ni s'alimenter», a ajouté M. Landman. [...] «J'ai entendu beaucoup de théories mais aucune qui ne tenait la route [...] La théorie la plus folle, c'est que [leur comportement] ait été causé par un ovni», a ajouté M. Landman.

Jusqu'ici, tout va bien. Mais après avoir pris connaissance de ces déclarations de M. Landmann, comment pensez-vous que le journaliste de 20 Minutes a choisi de titrer son article ? Vous l'aurez deviné: "Des babouins traumatisés par un OVNI?" Un point d'interrogation en guise de déontologie journalistique, c'est mieux que rien.



Une nouvelle erreur de l'institution médiatique

Lu sur 20min.ch, le 7 août 2013 :

Le Canard enchaîné» révèle ce mercredi que des dizaines, peut-être des centaines de détenus aujourd'hui en prison pourraient bientôt être libérés à cause d'une vieille erreur commise par l'institution judiciaire.

Non, ce n'est pas une erreur de "l'institution judiciaire", c'est une erreur du gouvernement français de 2004. L'institution judiciaire n'y est bien sûr pour rien si Dominique Perben, alors ministre de la Justice, a signé le décret n°2004-1364 du 13 décembre 2004 modifiant le code de procédure pénale (troisième partie : Décrets) et relatif à l’application des peines, pris en application de la loi Perben II du 9 mars 2004, dont l'article 24 introduit un article D.48-5 dans le code de procédure pénale, modifiant ainsi une loi par un décret, ce qui est une violation des principes de bases établis dans la Constitution (pour de plus amples explications, c'est ici).

Alors oui, je sais, c'est compliqué. Le droit est un univers complexe. C'est pour cette raison que les journaux avaient autrefois des "chroniqueurs judiciaires", spécialisés dans le domaine. Malheureusement, ceux-ci tendent à disparaître et on fait écrire des journalistes sur des sujets qu'ils ne maîtrisent absolument pas. Mais que voulez-vous, ce sont là les joies de la concentration et du libéralisme médiatiques...



Imagination débordante

Entendu dans le Journal du matin de La 1ère, le vendredi 2 août 2013, dans le sujet intitulé "Faut-il protéger les lanceurs d'alertes" :

Bradley Manning, le soldat américain, la taupe de Wikileaks, risque lui, on l'a aussi appris cette semaine, 136 ans de prison.

Hum! Un de ces mots n'a rien à faire dans cette phrase. Si vous ne savez pas lequel, voici un indice.

Mais ce n'est rien, comparé au main event de la séquence: Marc Bonnant, célèbre humoriste avocat genevois, donne son avis sur les lanceurs d'alerte. Accrochez-vous à vos chaussettes, parce que ça va envoyer du lourd, comme on dit chez les jeunes:

Parlons des lanceurs d'alerte. Dans mon vocabulaire à moi, on appelait ça des salauds, ou tout simplement des délateurs. [...] Maintenant, si vous voulez passer en revue M. Snowden, qui a d'ailleurs du sang sur les mains, parce que notamment ceux qu'il a dénoncés - non pas à des fins de pureté, ni pour respecter l'état de droit, mais pour le dur désir d'exister, d'avoir un rôle, d'échapper à l'insignifiance de sa vie, pour lui donner les contours illusoires d'un destin - quand je dis qu'il a du sang sur les mains, c'est que parmi les personnes dont il a porté le nom au public, il y a ceux qui, Afghans, sont du côté des Américains, comme interprètes et comme chauffeurs, et dont les Talibans ont déjà fait des cadavres.

Ah! Qu'en termes élégants ces conneries-là sont mises! Si on passe outre le procès d'intention grandiloquent et la démonstration de certaines faiblesses lexicographiques, cet extrait montre surtout le talent d'orateur de Me Bonnant quand il s'agit de narrer de façon convaincante et poignante une pure fiction née dans sa tête. Déformation professionnelle? On y croirait presque, à son histoire d'interprètes... Alors au mieux, Me Bonnant n'est pas très au fait de l'actualité; au pire, il ment sciemment. Mais que ça ne l'empêche surtout pas de donner son avis à l'antenne de La 1ère! Ce serait dommage d'en priver les auditeurs.

Me Bonnant, si vous lisez ceci, veuillez s'il vous plaît me donner la source de ces affirmations, ainsi que les noms des interprètes et des chauffeurs afghans soit-disant portés au public par Edward Snowden. Je suis curieux de voir de quelle manière vous allez formuler l'élégante pirouette rhétorique qui vous servira d'échappatoire, faute de pouvoir répondre à cette question.



Bonus de fin

Lu sur lefigaro.fr, le 23 juillet 2013, dans la rubrique Actualité>International. Gardez bien ça à l'esprit en lisant l'article que je vous livre ci-dessous in extenso. Le Figaro réussit en effet l'exploit stupéfiant de publier un article dans lequel il n'y a pas une seule phrase qui ne soit pas un pur délire sans fondement, et a fortiori, pas une seule phrase qui soit digne d'un article de presse publié dans la rubrique Actualité>International d'un grand médias. Je pense qu'il s'agit là d'un record du monde. Admirez le travail:

Le signe astral du "royal baby": un Lion de la première heure

Ce «royal baby» a fait attendre tout le monde et, si l'exactitude est la politesse des rois, ce n'est peut-être pas celle des princes. Tout est une question de temps dans son thème, à quelques minutes près sa personnalité eût été différente.

En effet, né 10 minutes auparavant, le petit garçon était encore Cancer, signe de son père et de sa grand-mère Diana, mais (heureusement?) nous avons affaire à un Lion de la première heure, avec un Soleil à 0°01'du signe, ce qui change tout.

Idem pour sa Lune, située à 28°55 du Capricorne (signe de Kate) et qui aurait pu être chez le rebelle Verseau.

Mais ce qui est important, c'est qu'il échappe à l'eau très émotive et sensible (parfois instable) du Cancer, pour n'être que Feu avec un Soleil en Lion et un ascendant Sagittaire. Il casse la chaîne des signes d'Eau qui a marqué la génération précédente et dont fait également partie le prince Charles qui est Scorpion. On peut ainsi le relier à son arrière-arrière-grand-mère, femme de George VI et mère de la reine actuelle, Lion du 4 août.

Cela signifie, en clair, que ce sera un homme courageux, valeureux, élégant, qui sera fort mentalement, apte à faire des choix, mais rempli de doutes qui lui forgeront le caractère. Car c'est sûr, il aura du caractère et pas qu'un peu! Il aura même un tempérament parfois explosif… Il n'aimera pas du tout être exposé dans les médias, sa Vénus à peine entrée en Vierge l'incitant à une forme de modestie.

Par ailleurs, il sera très conscient de son statut et de son devoir d'aider les autres. Mais il passera probablement (comme tout un chacun) par une période un peu rebelle à l'adolescence, avant de rentrer sagement dans le rang et de faire son job de prince, voire de roi, avec une volonté parfois marquée d'accompagner les réformes qui seront alors nécessaires.

...

Sans commentaire.


2 commentaires

lundi 12 août 2013 @ 20:16 Christelle a dit : #1

Bon, je dois avouer que ce dernier article m'a laissée sans voix. Si ça n'était pas aussi triste j'en aurais presque souri. Comme mentionné avant, la presse actuelle ne fait plus ni dans la précision ni dans la dentelle et malheureusement aucune information n'est fiable (ou comment savoir si elle l'est sans tout décortiquer) ?

lundi 12 août 2013 @ 23:19 Nathalie a dit : #2

C'est affligeant de voir à quel point les journalistes ne font pas le travail de recherche minimum pour parler d'un sujet précis. Je sais que ça n'est qu'une conséquence du fait qu'ils ne sont plus payés, mais du coup, quelle valeur donner à l'information ?

Écrire un commentaire

 Se rappeler de moi sur ce site

Capcha
Entrez le texte de l'image :