Le degré zéro de l'argumentation

Le 24 mars 2013, a été publiée une vidéo d'une intervention de Patrice André, "essayiste", lors d'un meeting des opposants au projet français de loi dite du "mariage pour tous". Dans cette vidéo intitulée "Le vrai but du mariage homosexuel: imposer la théorie du genre", il débite des énormités, des mensonges et des sophismes à la chaîne pour tenter d'imposer sa théorie à lui. C'est une sorte de cas d'école, d'exemple extrême de raisonnements et de procédés fallacieux qui sont également utilisés dans une infinité d'autres domaines: religion, politique, économie, etc. Publié à l'origine sous forme de commentaires sur Facebook, ce rapide décryptage à la volée a été revu et corrigé pour ce billet.

NB: Les "arguments" listés ci-dessous ne sont pas des retranscriptions mot à mot de ce qu'a dit Patrice André, mais des résumés de ma part (sauf lorsque je le cite dans le corps du texte). La vidéo est là pour ceux qui veulent l'intégralité de son propos, avec en prime ses piètres dons d'orateurs.



Premier argument (00m15s) : "Dire que le projet de loi a pour but l'égalité est un argument fallacieux. L'égalité, c'est donner la même chose aux gens qui sont dans la même situation."

Patrice André démarre ce qui lui tient lieu de raisonnement en dénonçant un argument (supposément) fallacieux. Autant le dire tout de suite, c'est l'hôpital qui se fout de la charité, l'insulte et lui crache à la face. En effet, vous allez très vite constater qu'en termes de raisonnements fallacieux, notre "essayiste" est un champion du monde toutes catégories.

Il commence donc par un raisonnement erroné basé sur l'acception relativement vague de l'expression "dans la même situation". Selon la définition de chacun, on peut considérer que tout le monde est dans la même situation (nous sommes tous des humains vivant sur Terre), ou au contraire, que la situation de chacun est différente (nom, âge, taille, poids, adresse, couleur préférée...). Si l'on considère que certaines personnes ne sont pas "dans la même situation" que d'autres (et ne méritent pas les mêmes droits) en raison de leur orientation sexuelle, alors on peut très facilement justifier, par le même procédé, que la ségrégation raciale ne viole pas le principe d'égalité.


Deuxième argument (00m50s) : "Les avantages fiscaux du mariage découlent de l'intérêt de l'Etat au renouvellement des générations. C'est la seule raison qui légitime l'intervention de l'Etat dans ce domaine."

Fort bien. Mais si on suit cette logique à la lettre, ne devrait-on pas interdire le mariage (ou du moins ses avantages fiscaux) aux couples hétérosexuels stériles ou ne souhaitant pas avoir d'enfants?


Troisième argument (02m05) : "Le but n'est pas l'égalité, mais d'abolir toutes différences entre les sexes. Le mariage pour tous n'est qu'une première étape pour subvertir totalement notre société." 

C'est un sophisme classique qu'on appelle "la pente savonneuse" (1) et ça n'a pas aucun poids dans une argumentation, si ce n'est pour jouer sur les peurs de son public. Par contre, le fait est que le projet a pour but l'égalité d'accès au mariage. Aujourd'hui, les couples homosexuels, du fait même de leur orientation sexuelle, n'ont accès qu'à 2 des 3 régimes (les moins favorables), à savoir le concubinage et le PACS, alors que les couples hétérosexuels ont accès aux trois. De facto, c'est une discrimination basée sur l'orientation sexuelle (ou sur l'incapacité d'avoir des enfants, si l'on suit la logique du monsieur, cf. mon commentaire précédent). Pour moi, l'argument de l'égalité juridique l'emporte sur le sophisme catastrophiste doublé d'un procès d'intention.


Quatrième argument (03m55s) : "On veut effacer toute différence entre les sexes. Voici deux exemples. Les conductrices sont moins dangereuses que les hommes, mais paient les mêmes assurances auto. Et on a supprimé le droit des femmes à prendre leur retraite anticipée dès 15 ans de cotisations, alors qu'avoir des enfants, c'est plus pénible pour une femme."

Ma parole, en voilà des exemples en béton... Reprenons. Pour commencer, il semblerait finalement qu'au volant, les femmes soient plus dangereuses que les hommes (2). Et quand bien même ce ne serait pas le cas, force est de constater que face aux études contradictoires, dans le doute, il paraît logique d'avoir une assurance identique pour tous.

Ensuite, la retraite anticipée des femmes. Il nous présente un argument complètement inepte qu'il attribue au camp d'en face ("Le père de trois enfants..."). On à faire ici à un autre sophisme classique, "l'homme de paille" (3). Il explique donc que porter trois enfants, c'est plus dur pour une femme que pour un homme. Je suis d'accord, sauf qu'il est le seul à prétendre que la retraite anticipée des femmes était faite pour compenser la grossesse et l'accouchement. Le but de la retraite anticipée est généralement de profiter de la vie (qu'on ait des enfants ou pas). Quelle différence cela fait-il qu'on soit un homme ou une femme? 

Quand on donne des exemples pour appuyer son propos, on choisit en principe les meilleurs, non? C'est vraiment tout ce qu'il a réussi à trouver de convaincant? J'ai de plus en plus de mal à prendre ce mec au sérieux.


Cinquième argument (05m21s) : "Le 31 octobre 2012, le gouvernement a adopté un programme complet sur l'identité de genre."

Sauf que le programme gouvernemental dont il parle (4) est en réalité un "programme d’actions contre les violences et les discriminations commises à raison de l’orientation sexuelle ou de l’identité de genre." Comme il le précise, avec l'aplomb qui caractérise les cons qui osent tout, il suffit "d'ouvrir internet" (sic) pour vérifier. Mais il table très probablement sur le fait que son public ne va pas (ou ne sait pas) le faire. Pour moi, ce mensonge de base sur la nature-même de ce programme gouvernemental suffit à discréditer tous les arguments qui suivent et qui en découlent. Mais pour le plaisir, voyons tout de même ça de plus près.

Pour soutenir sa thèse selon laquelle le gouvernement veut imposer l'identité de genre dans tous les domaines de la société, voilà ce qu'il nous dit : "Alors que dit ce programme? Eh bien, tenez-vous bien, il dit d'abord que cette identité de genre est désormais un axe prioritaire de l'action gouvernementale. Que tous les domaines seront concernés. Les inspecteurs du travail l'incorporeront dans les évaluations aux entreprises. Il sera au coeur de la charte de l'égalité dans la fonction publique. Je ne fais que citer! Je ne fais que citer. [...] Les maisons de retraites devront incorporer l'identité de genre, sans doute pour convaincre des personnes de 70 ans que contrairement à ce qu'elles ont cru, ce ne sont pas forcément des hommes, alors qu'elles le croyaient, et pas forcément des femmes."

Attention, il ne fait que citer... mais sans tenir compte du sens de ce qu'il a lu, bien entendu. On ne va tout de même pas trop lui en demander. Vous apprécierez au passage le nouveau sophisme de l'homme de paille ("... sans doute pour..."), sous la forme d'une boutade absolument affligeante de bêtise sur les maisons de retraites. En réalité, le programme parle de la prévention de l'homophobie dans les maisons de retraites. Il faut vraiment être con comme un balai pour ne pas saisir la différence. Ou d'une mauvaise foi monumentale. Ou les deux.

Je sens que vais avoir du mal à aller au bout de la vidéo...


Sixième argument (06m35s) : "Les transsexuels pourront demander à changer d'état civil sans opération chirurgicale."

Dit comme ça, ça paraît bizarre (même le public dans la salle est étonné). Or il faut savoir qu'il existe divers "degrés" de "transformation" de l'identité sexuelle, allant de l'habillement à l'opération chirurgicale, en passant par les traitements hormonaux. Patrice André lui-même le dit implicitement, puisqu'il considère ces personnes comme transsexuelles, avant même une quelconque opération chirurgicale ou un changement d'état civil. Je rappelle également au passage que le "sexe anatomique" ne correspond pas forcément au "sexe chromosomique". La complexité de la problématique va donc bien au-delà des capacités cognitives apparentes de ce monsieur. Et c'est sans parler du fait qu'avoir le droit de demander quelque chose à l'administration ne garantit en rien qu'on l'obtienne. Attention, j'ai un scoop: saviez-vous que les personnes transsexuelles peuvent également demander à recevoir 10'000 tonnes d'or gratuitement de la part de l'Etat?

Au passage, remarquons que bien évidemment, il ne cite pas (un oubli, sans doute...) le passage de cette section du programme où il est écrit noir sur blanc que "la Commission nationale consultative des droits de l'homme sera saisie pour répondre à la question de la définition et de la place de "l'identité de genre" dans le droit français, et à celle du changement d'état civil." Il ne cite donc pas le seul passage réellement en rapport avec sa théorie, et pour cause: ce passage la contredit.


Septième argument  (06m43s) : "L'identité de genre sera enseignée à l'école maternelle, grâce à 'l'ABCD de l'égalité'."

Contrairement à ce que prétend notre essayiste manifestement illettré, "l'ABCD de l'égalité" n'a évidemment pas pour but de dire aux petites filles qu'elles ne sont pas des petites filles. Sur le site du gouvernement, on lit clairement (encore faut-il savoir lire...) : "Programmes « ABCD de l’égalité » pour intégrer la question de la différence entre le masculin et le féminin aux méthodes pédagogiques, en permettant aux enfants de prendre conscience de ces différences et d'en parler avec leurs parents." (5) Personne n'a dit qu'on allait enseigner aux enfants qu'il n'y a aucune différence entre les sexes. Il s'agit uniquement de sensibiliser les jeunes aux discriminations liées à l'orientation sexuelle. Alors certes, le programme inclut un volet de "lutte contre les stéréotypes" et de promotion de la liberté de chacun (homme ou femme) de choisir son métier, par exemple, sans tenir compte des dits stéréotypes.

Encore une fois, il mêle ici les sophismes de l'homme de paille et de la pente savonneuse. Son point de vue est biaisé par un noir/blanc permanent. Pour lui, demander "l'égalité" revient forcément à annihiler toute différence. Il dirait moins de bêtises s'il arrivait à comprendre le concept tout simple selon lequel les hommes et les femmes sont parfaitement égaux sous certains aspects, mais totalement différents sous d'autres.


Huitième argument (07m50s) : "Le 12 septembre 2012, en débat public au Sénat, Caroline Merry a déclaré : 'La relation naturelle entre un homme et une femme c'est une violation des droits de l'homme, c'est une violation de l'amour.'"

Huées du public. Bien évidemment, aucune trace de cette citation dans le compte rendu intégral des débats de ce jour-là (6). C'est une des formes extrêmes du sophisme de l'homme de paille: on invente carrément des citations et on les place dans la bouche de l'adversaire. Il aurait pu aller encore plus loin en citant une personne totalement fictive... ce qu'il fait dans la seconde qui suit. 

Il cite donc "une militante LGBT du genre", dont on ne saura rien du tout (autrement dit, en ce qui me concerne, elle n'est rien de plus que le fruit de son imagination débordante) et qui commence par parler de la division du travail selon le sexe (jusque là, tout va bien). Mais là où je le soupçonne de partir en pur freestyle, c'est quand il prétend qu'elle aurait déclaré qu'il faut que "désormais, les hommes portent des enfants comme les femmes." Si cette "militante" existe, elle ferait mieux de consulter rapidement un psychiatre. Et Patrice André devrait faire de même, puisque visiblement, il la croit saine d'esprit et la cite dans sa très sérieuse conférence. Il enchaîne en proclamant: "C'est dans les textes!" On croirait entendre un créationniste américain. Au fait, si je puis me permettre: quels textes? Non, parce que je croyais que c'était une militante qui parlait. Décidément, son sketch n'est vraiment pas au point et tout ça manque encore un peu de cohérence. Mais que notre humoriste en herbe ne se décourage pas: avec un peu de pratique (et beaucoup d'opportunisme), il peut espérer rivaliser un jour avec la vacuité et la bêtise des plus grands, les Alain Minc et les Bernard-Henri Lévy...


Bon, je crois que je vais en rester là, vous avez compris le principe. D'autant qu'à ce stade, tout ce que pourra dire Patrice André dans les sept dernières minutes de son intervention n'aura pas plus de valeur à mes yeux qu'un pet dans le vent...


Notes
(1) L'article Wikipedia est d'une clarté exemplaire : "La pente savonneuse est un sophisme qui consiste à prétendre qu'un compromis donné doit être refusé car il amorcerait une réaction en chaîne de conséquences de plus en plus graves, un effet « boule de neige » qui conduirait progressivement mais fatalement à une catastrophe. L'image de la pente savonneuse suggère donc que faire un pas vers les intérêts adverses nous fait franchir un point de non-retour au-delà duquel l'équilibre se rompt, et la situation glisse sans plus aucun contrôle ni modération en faveur du camp adverse. Le caractère fallacieux de ce sophisme vient du fait que l'auteur néglige l'influence de phénomènes régulateurs, tendant spontanément à rétablir l'équilibre à mesure que la thèse adverse gagne du terrain."
(2) La Liberté, 9 janvier 2013
(3) L'homme de paille est un sophisme qui consiste à présenter la position de son adversaire de façon volontairement erronée, dans le but de rendre les faux arguments ainsi créés plus facilement réfutables.
(4) Présentation ici, et version complète ici. Etrangement, je n'ai pas trouvé la version complète sur le site du ministère.
(5) La promotion de l'égalité entre les femmes et les hommes
(6) Séance du 12 septembre 2012, compte rendu intégral des débats


2 commentaires

vendredi 31 janvier 2014 @ 10:47 Anonyme a dit : #1

Juste un détail concernant le 1er argument.

Je crois que tu comprends mal ce qu'il a voulu dire.

« Donner la même chose aux gens qui sont dans la même situation », ça veut juste dire que (avant la loi pour le mariage pour tous) tout le monde peut épouser une personne du sexe opposé, et personne ne peut épouser une personne du même sexe. Un hétéro est soumis à cette règle au même titre qu’un homo. Par exemple, avec le mariage pour tous, moi, hétéro, j’ai aussi gagné un droit supplémentaire : celui d’épouser une personne de mon sexe.

Tu peux trouver que cet argument n’est pas percutant parce que tu es idéologiquement favorable au mariage pour tous, mais je pense que tu te trompes en considérant qu’il est fallacieux.

Par ailleurs, je suis d’accords avec toi sur le reste, et je trouve que les arguments du monsieur deviennent particulièrement délirants à partir du troisième.

vendredi 14 février 2014 @ 00:38 Anonyme a dit : #2

Quel article lamentable, le degré zéro de l'intelligence...
C'est avec ça que vous voulez convaincre les gens, essayez de faire un effort quand même!

Écrire un commentaire

 Se rappeler de moi sur ce site

Capcha
Entrez le texte de l'image :