Initiative Minder, un échec annoncé

L'initiative Minder (en votation populaire le 3 mars prochain) visant à lutter contre les rémunérations abusives, comme tous les objets soumis au peuple qui vont dans le sens d'une remise en question de la politique économique (néo)libérale de la Suisse, risque fort de ne pas "passer la rampe", comme on dit dans le langage journalistique. Pas étonnant quand on voit les moyens mis en oeuvre pas les opposants (les milieux économiques et notamment economiesuisse, la Fédération des entreprises suisses) pour la faire échouer. En voici quelques exemples.


1. La stratégie du troll

Comme relevé notamment dans le 24 Heures, l'agence de publicité zurichoise Werbeanstalt Schweiz AG, client d'economiesuisse et concepteur des campagnes d'affiches contre l'initiative Minder, a engagé cinq étudiants et les a chargés d'inonder avis négatifs sur l'initiative les espaces d'expression des lecteurs de sites d'information comme blick.ch, 20.minuten.ch ou srf.ch, noms d'emprunt et fausses adresses e-mail à l'appui. Sur internet, la règle est de "ne pas nourrir le troll", mais apparemment, on assiste ici carrément à un élevage. Bien évidemment, d'après economiesuisse, ce serait le patron de l'agence de publicité en question qui aurait eu cette idée. Ben voyons. En plus d'avoir une drôle de conception de la démocratie, economiesuisse semble prendre ouvertement les gens pour des cons.


2. La stratégie de l'occupant

Décidément très au fait de l'univers de la démocratie 2.0, economiesuisse sait utiliser le web pour faire pencher la balance en faveur de ses petits intérêts privés. Alexis Roussel, du Parti Pirate Suisse, a en effet découvert qu'economiesuisse squattait les noms de domaines "minder-oui.ch", "minder-ja.ch" et "minder-si.ch", façon ô combien démocratique d'empêcher les initiants de faire valoir leurs arguments au mieux et d'empêcher les électeurs d'accéder facilement aux dits arguments. Pour plus de précisions, lisez le billet de Tengu à ce sujet sur son blog.

[edit: Tengu me signale que l'adresse "initiative-minder.ch" est également squattée et redirige les visiteurs sur les sites anti-Minder]

[edit 2: Je constate à l'instant qu'economiesuisse a également enregistré "initiative-minder-oui.ch" et "initiative-minder-ja.ch", de même que "minder-initiative.ch". Pas étonnant que le comité d'initiative ait dû se rabattre sur "remunerationsabusives.ch"...]

[edit 3: A ma connaissance, la RTS n'a pas parlé de cette affaire. Qu'on me corrige si je me trompe. Ce serait proprement scandaleux.]


3. La stratégie classique

Mais bien sûr, il reste une autre option, plus classique, moins chère et moins voyante, qui consiste à faire confiance au manque de déontologie de certains grands médias, propriétés d'entreprise privées dont les rémunérations des dirigeants sont directement visées par l'initiative. Par exemple, le 18 décembre, lorsque trois organisations faîtières d'employés - la Société suisse des employés de commerce (Sec Suisse), Travail.Suisse et l'Association suisse des cadres (ASC) - annoncent leur soutien au contre-projet, voilà trois titres d'articles qu'on peut lire sur divers sites de médias, par ordre décroissant de déontologie journalistique et d'information correcte du public:

Pour la RTS, le titre est précis et indique que ce sont "des organisations faîtières de travailleurs" qui se prononcent (et pas toutes). Pour le Matin, ce sont "des salariés" qui semblent se prononcer directement (mais pas tous). Mais la palme revient au 20 Minutes : ici, ce sont carrément "les employés et travailleurs" qui se prononcent contre, dans leur ensemble, unanimement.

On le voit, pour le gratuit du groupe Tamedia (quotidien le plus lu de Suisse, notamment par les jeunes et les pendulaires), le peuple a parlé et les carottes sont cuites. Si vous êtes employé ou travailleur, sachez que 20 Minutes parle en votre nom et qu'apparemment vous êtes contre l'initiative Minder. Quel effet cela vous fait-il ? Soit ce titre a pour intention de faire passer l'initiative comme perdue d'avance et inepte (puisque même les travailleurs la rejettent), soit il est un signe de l'incompétence crasse de son auteur. Dans les deux cas, le titre est trompeur est joue clairement en défaveur de l'initiative Minder.

Petite précision, au passage : classer les cadres parmi les travailleurs est logique, d'un point de vue matériel, car ils sont salariés. Or il faut garder à l'esprit que ce ne sont pas des employés tout à fait comme les autres. Comme le note Frédéric Lordon : "Le schéma binaire des classes [patron contre travailleurs, NdR] n'a-t-il pas considérablement souffert de l'émergence historique des cadres, ces salariés bizarres à la fois matériellement du côté du travail et symboliquement du côté du capital?" [1] Que l'ASC se prononce contre l'initiative ne m'étonne pas outre-mesure. J'ai dans l'idée que les intérêts de la plupart des cadres (surtout les plus haut placés) ne sont pas si éloignés des intérêts d'economiesuisse. Après tout, "il n'est pas jusqu'aux plus hauts dirigeants de l'entreprise qui ne soient des salariés." [2] Du coup, classer l'ASC parmi les organisations faîtières de "travailleurs" relève de l'exercice d'équilibrisme et pose une question évidente de pertinence. Cela étant dit, je constate avec satisfaction que même le langage journalistique reste lucide et ne pousse pas le vice jusqu'à classer les grands dirigeants d'entreprises dans la catégorie des "travailleurs". Il y a des limites à la distorsion étymologique...


Un échec annoncé ?

Quand on voit les moyens déployés par les milieux économiques (5 à 8 millions de francs), comparés aux moyens du comité d'initiative (200 000 francs, soit 40 fois moins), on devine sans peine qu'une fois de plus, cette forme d'argumentum ad nauseam va l'emporter, comme c'était le cas lors des dernières campagnes où economiesuisse avait investi de tels montants : le peuple avait tranché dans son sens [3]. Les lecteurs de ce blog ne seront pas surpris d'apprendre que j'espère me tromper dans mon pronostic et qu'à la manière du référendum sur le traité constitutionnel de 2005 en France (où le résultat avait contredit la campagne massive en faveur du oui dans les médias français), le peuple votera en fonction de son propre intérêt (l'intérêt général) et non des intérêts particuliers que les milieux économiques défendent avec une vigueur pécuniaire qui n'a d'égal que leur mépris éhonté du processus démocratique.



[Notes]
[1] Frédéric Lordon, "Capitalisme, désir et servitude", La Fabrique, 2010, p. 11
[2] Ibid., p. 54
[3] rts.ch, "Des millions de francs investis dans la campagne contre l'initiative Minder", 18 novembre 2012. Et pour une version beaucoup plus drôle: 120 secondes, sur Couleur 3, "L'initiative Minder serait plebiscitée."

Écrire un commentaire

 Se rappeler de moi sur ce site

Capcha
Entrez le texte de l'image :