Archives

Il y a des choses que je ne m'explique pas. Par exemple, comment est-il possible que dans un pays démocratique comme la Suisse, disposant théoriquement de médias libres et d'un peuple informé, une entreprise comme l'UBS puisse continuer à faire des affaires sans voir ses succursales se faire incendier régulièrement un peu partout ? Comment est-il possible que le comportement d'une banque aussi manifestement peu soucieuse des lois et de l'éthique ne suscite pas plus de débat que ça dans la sphère publique ? Car force est de constater que les faits sont accablants pour la plus grande banque de Suisse.

Lire la suite de UBS : Une Belle Saloperie

Les téléspectateurs de France 2 ont peut-être été saisis d’un sentiment de déjà-vu, lors du 20h du 12 décembre 2012. Ce jour-là, des salariés de PSA Aulnay ont pénétré dans un bâtiment administratif du constructeur automobile à Poissy et causé quelques dégâts matériels, comme à l’époque où la colère et le désespoir avaient conduit des salariés de Continental à détruire quelques ordinateurs bon marché à la sous-préfecture de Compiègne – une « violence » à l’égard de matériels de bureau que ne s’étaient pas privés de condamner de nombreux médias comme nous l’avions relevé. Et, comme à l’époque, le traitement de cet épisode par le 20h de David Pujadas fut à sens unique.

Lire la suite de France 2 et les plantes vertes de PSA

Le 20 décembre 2012, dans le Journal du matin de La 1ère (première radio publique de Suisse romande), on a pu entendre une interview de Francis Fukuyama, présenté comme "penseur et économiste américain, auteur de "La Fin de l'Histoire'." Mais ce que les auditeurs ne savent pas, c'est que cette interview n'est que le dernier épisode en date d'une mascarade qui dure depuis 25 ans. Et pour cause: les journalistes de La 1ère ne le savent pas non plus et y participent ainsi à leur insu. Mais ce n'est  pas une excuse.

Lire la suite de Un "penseur" sur les ondes de La 1ère

Le gaz de schiste fait briller les yeux de tous ceux qui n'y voient qu'une opportunité de plus d'empocher des quantités indécentes d'argent. Mais il provoque également la crainte de tous ceux qui se soucient un tant soit peu d'avoir un air propre à respirer et une eau potable à boire. Si l'on juge par leur traitement de ce problème, certains médias semblent avoir choisi leur camp.

Lire la suite de Le gaz de bullshiste

Le droit est un vaste domaine et en comprendre les subtilités n'est pas forcément à la portée de tous. Mais il y a certains principes de base que même un journaliste écrivant pour le 20 Minutes devrait être capable de comprendre.

Lire la suite de Le droit revisité par 20 Minutes

Dernièrement, une "affaire" de moeurs a fait jaser le milieu politique genevois. Il n'en fallait pas moins pour que Ludovic Rocchi, "journaliste" au Matin, se sente pousser des ailes et s'empresse d'en faire une montagne. C'est en effet un excellent moyen de vendre du papier, quand on n'a ni talent, ni déontologie.

Lire la suite de Le Matin et la morale

La démocratie suisse est l'une des plus participatives du monde. Mais pour assurer un fonctionnement réellement démocratique de ce système, une population bien informée est une condition sine qua non, ici plus qu'ailleurs. Et pour ça, le pluralisme des médias est essentiel. Heureusement que dans notre beau pays, on dispose d'un large choix de titres de presse divers et variés, pas vrai ?

Lire la suite de Les clones du pluralisme

Le 19 novembre 2012, l'agence de notation Moody's abaissait la note de la France. Le lendemain, les téléspectateurs suisses ont eu droit à une petite leçon d'orthodoxie néolibérale à l'antenne de la RTS, par ce qui semble être le "journaliste économique" attitré de la chaîne. Hors, celui-ci ne comprend pas (ou feint de ne pas comprendre) ce qu'est la dette souveraine d'un Etat.

Lire la suite de Imaginez une famille...

En décembre 2006, le Nouvel Observateur publie un supplément publicitaire intitulé "Spécial cadeaux: Mon plus beau Noël". C'est déjà en soi fort peu glorieux, surtout vu la place accordée aux annonceurs dans le magazine lui-même (parfois plus de 75% des pages de droites). Mais là où l'hebdomadaire touche le fond, c'est lorsque Laurent Joffrin, alors directeur de la rédaction, se fend d'un éditorial proprement hallucinant ornant... le supplément publicitaire ! Ah, elle est belle la distinction entre le rédactionnel et le publicitaire... Comme la période des fêtes approche à grands pas, découvrons l'intégralité de ce texte qui restera, à n'en point douter, gravé à jamais dans l'histoire du journalisme.

Lire la suite de L'étrange Noël de Monsieur Joffrin

Le 20 Minutes est certes un journal dit "gratuit" (c'est-à-dire payé par les gens qui achètent les produits qui font de la publicité dans ses pages), mais cela ne devrait pas le dispenser de suivre certaines règles de déontologie journalistique, d'autant qu'il est le quotidien le plus lu de Suisse. Hors, on y trouve tous les jours de véritables pépites de désinformation. En voici une très belle.

Lire la suite de Une pépite gratuite